En guise de présentation

( Présentation utilisée pour me présenter aux Explorateurs du Web)

Doù je viens

En quelques mots, je me définis parfois comme un “expérimentateur systémique opportuniste, technoïde, humaniste et multirécidiviste”, ce qui peut parfois être perçu comme “grand enfant égocentré potentiellement autiste, touche à tout, épuisant d’enthousiasme et de contradictions à structure timide”. Ce qui doit ressembler certainement aux deux faces d’une même pièce, ajoutant ainsi une composante schizophrénique au profil, parfois utile pour croire au don d’ubiquité. J’y ajouterai, sur chaque face, une curiosité permanente.

De façon plus factuelle, après une formation d’ingénieur en traitement du signal, j’ai retrouvé le goût de la curiosité durant une thèse en sciences cognitives, mettant enfin l’humain au coeur des savoirs. J’ai pu y expérimenter un modèle auto-organisé de mémoire ‘par anticipation’, mixant théorie du chaos et réseaux de neurones artificiels… un peu osé, mais cohérent : est reconnu ce qui est anticipé. J’ai pu y mélanger maths, bio, neuro, socio, et même un peu philo : qu’est ce que l’autonomie ? la liberté ? l’intelligence ? Passionnant, enrichissant, mais peu utile à la promotion de mon CV, et trouver un premier emploi… Je me suis donc orienté vers les systèmes multi-agents, et leur application à des agents virtuels autonomes pour des jeux vidéos.

Puis, envie d’appliquer ces sciences cognitives, ces mécaniques des réseaux aux structures humaines. J’ai donc fondé amoWeba en 2001, pour imaginer (un peu tôt je dois l’admettre…) un moteur de recherche collaboratif, en P2P, avec tagging, datamining, profiling, et cartographie des concepts. Pas évident à commercialiser en 2001 : nous nos ne savions même pas encore que nous n’étions que dans le Web 1.0…

L’aventure a néanmoins continué jusqu’à fin 2004, en se focalisant sur l’ergonomie cognitive via l’eye tracking, avec Novadis, et sur la cartographie des réseaux, avec Mapstan, et leur célèbre cartographie des dirigeants. En 2005 : back to consulting. Je crée ANteiKA (“les forces qui mènent à l’équilibre” en japonais, tout un programme…), afin de porter mon activité de conseil : accompagnement de l’innovation, développement de réseaux sociaux professionnels, cartographie de compétences, de projets, d’experts, moteurs de recherche, data mining, livres électroniques, développements iPhone/iPad, un peu de web sémantique, de cartographie de réseaux, de géolocalisation mobile, de réalité augmentée, d’interfaces innovantes… bref, des projets où le plaisir est prioritaire, ce que je considère un véritable luxe, obtenu par quelques sacrifices. Toujours en mettant autant que possible la tête dans le code, pour maintenir mon goût pour l’expérimentation.

Ce que je peux apporter

Voilà en quelques lignes résumées quinze années, qui peuvent paraitre décousues…

Un fil rouge je crois : le réseau et l’émergence. Analyser, quel qu’il soit, neuronal, sociétal, ou informationnel, son mode de fonctionnement, et sa capacité à l’auto-organisation. Je suis radicalement bottom-up, et n’accepte une structure que si elle découle du ‘bruit’ sous-jacent, si elle prend sens par les usages, l’activité collective. En ce sens, je crois que notre société prépare sa ‘métamorphose’, par un changement radical des pratiques et des mentalités : d’une société hiérarchique, finaliste, où la règle est le guide, nous apprenons, par nos expérimentations collectives, à développer une pensée collective, en réseau, auto-organisée, où la curiosité, l’expérimentation, le partage, l’apport de l’autre, le droit à l’erreur,la responsabilisation individuelle, deviennent des valeurs fondamentales. Révolution qui se prépare, je crois, à la base, horizontalement, en chaque noeud du réseau, et annonce une ‘catastrophe’ (au sens mathématique), une singularité éventuelle, où le système doit trouver un nouvel équilibre. Quel sera ce grain de sable qui déclenchera l’avalanche du tas ? Personne ne le sait, mais par nos actions, nos hasards, nos mentalités, nous préparons les conditions préalables qui le facilitent. Explorimentons donc, plus encore ! Et rêvons d’une société réticulaire…

  • Une curiosité permanente pour les technologies et nouveaux usages
  • Une bonne culture bio-info-techno
  • Le plaisir d’écrire et d’expliquer. Transmettre.
  • Des capacités de dev : web, iphone, ipad, …

Ce que je peux proposer

Amener mes quelques connaissances dans ces sujets (chaos, intelligence collective, cognition,…) pour présenter, expliquer, faire comprendre si possible, et travailler avec vous aux expérimentations technologiques ou sociales, à la définition et l’accompagnement de projets innovants, ou au développement de prototypes web ou mobiles.

Auquel j’ajoute un projet personnel, nouveau pari un peu fou : monter ma galerie d’art digital sur Lyon (http://h-pl.us), afin d’ajouter un peu de rêve, de création, d’imagination à la technologie. L’espace sera monté pour cet été, et j’aurai plaisir à accueillir les explorateurs en déplacement lyonnais, pour y organiser éventuellement quelques soirées d’échanges d’idées, de synergies, de partages.

  • Ecrire, présenter, communiquer
  • Anticiper, Innover.
  • Développer des idées, des projets, les porter
  • Organiser des rencontres improvisées, un peu think tank éphémère.

Ce que j’attends

J’attends des opportunités de rencontres, d’échanges, d’enthousiasmes. Des projets un peu fous que l’on n’oserait pas proposer seul.

  • Des synergies projets : écritures, développements, concepts
  • Des contacts stimulant l’enthousiasme de chacun
  • Une stimulation pour provoquer le passage du projet au concret
  • Un réseau pour partager, diffuser, échanger

Ce que je fais bien

  • Imaginer
  • Créer. Prototyper
  • Avoir (trop) d’idées
  • Rédiger, synthétiser
  • Le mojito (avec Angostura et Tabasco) et l’irish coffre (au Drambuie, et sans chantilly !). Et quelques plats plaisirs à partager entre amis.
  • Les origamis

Ce que je fais moins bien

Je ne dirais pas tout le reste… mais je commence à être conscient de mes propres limites, et défauts récurrents, qui tournent toujours autour du même principe : finir… “La fin arrive toujours trop vite !”

  • Organiser mon temps
  • M’économiser ou être raisonnable
  • Accepter la contrainte
  • Supporter les intermédiaires ou le pouvoir sans valeur ajoutée

Ce que j’aime

  • Le réel
  • La marche pour chemin
  • Refaire le monde
  • L’émergence, et les hasards de la vie
  • Partager le plaisir de se surprendre
  • L’expérimentation : imaginer, tester, recommencer
  • Poser toutes les bases d’un projet en quelques minutes
  • L’improvisation (initiant ma formation au théâtre d’improvisation, magnifique leçon et technique de vie et d’humilité)

Ce que je n’aime pas

  • Les a-priori non réfutables, et les fanatismes qui en découlent
  • Tout ce qui commence par “il faut”, ou se finit par “C’est comme ça !”
  • Ceux qui font de la loi un principe
  • La dé-responsabilisation individuelle : “c’est la faute de…”